Hernani

Détails du livre

  • Date de parution05 Janvier 2010
  • Classiques - Classiques
  • 320 pages
  • Format : Poche broché
  • 9782266199872

Hernani

Victor HUGO

3,40 €

Édition présentée et commentée par Gérard Gengembre, professeur de littérature française à l’université de Caen.

Dans une Espagne de folie et de grandeur, Hernani, seigneur castillan devenu chef de bande et proscrit, dispute au roi Don Carlos ? le futur Charles Quint ? l’amour de Doña Sol, qui doit épouser son vieil oncle Don Ruy Gomez. Il ne recule devant aucun défi, aucune vengeance, ni aucune trahison. Il est « cette force qui va », prêt à mourir pour sa belle.

Toutes les frontières du théâtre et de la réalité éclatent dans cette pièce. Hernani est un drame rêvé où les machinations rocambolesques conduisent à de bouleversantes scènes d’amour. Hugo veut être « Shakespeare ou rien ». Cette pièce fera de lui le dieu de la génération romantique…

Lire avec le texte intégral et la préface présentant l’oeuvre et son auteur.

Comprendre avec « Les clés de l’oeuvre » : 34 pages pour aller à l’essentiel ; 92 pages pour approfondir.

BIOGRAPHIE DE Victor HUGO

Victor Hugo est né à Besançon en 1802. Tout en suivant des études de philosophie et de mathématiques au lycée Louis-le-Grand, il s’adonne déjà à la poésie. Il obtient ses premiers succès avec les Odes et Poésies diverses (1822) et s’impose comme chef de file du mouvement romantique après l’ardente « bataille » autour de son drame Hernani (1830). Dès lors, sa réputation ne cesse de croître (Notre-Dame de Paris, 1831, Ruy Blas, 1838, Les Rayons et les Ombres, 1840) ; il se tourne vers la politique, et rejoint le camp des « libéraux ». Mais le coup d’État de Napoléon III le contraint à un long exil. Réfugié à Guernesey, il multiplie les chefs-d’œuvre : Les Châtiments (1853), Les Contemplations (1856), Les Misérables (1859), La Légende des siècles (1859-1883). Après la chute du second Empire (1870), son retour en France est triomphal. Il ne cessera d’écrire (Quatrevingt-treize, roman, 1874, L’Art d’être grand-père, 1877) jusqu’à sa mort en 1885 à Paris, suivie de monumentales funérailles nationales au Panthéon.