Les Contemplations

Détails du livre

  • Date de parution05 Janvier 2010
  • Classiques - Classiques
  • 672 pages
  • Format : Poche broché
  • 9782266203531

Les Contemplations

Victor HUGO

5,95 €

Édition présentée et commentée par Gabrielle Chamarat, professeur de littérature française à l’université de Caen.

« Ma vie est la vôtre, votre vie est la mienne, vous vivez ce que je vis. » En 1856, le public fait un triomphe à ce monument de 11 000 vers que Hugo présente comme les « mémoires de son âme » et « la grande Pyramide » de son oeuvre.

Dans les six livres de cette autobiographie sublimée, il célèbre la grâce enfantine et les jeunes années, le temps des amours et des extases, il médite sur les luttes, les épreuves et les douleurs de l’âge adulte, il plaint la misère des sociétés modernes. C’est ensuite le chant de l’énergie retrouvée, et le dialogue avec la « Bouche d’Ombre » ouverte sur l’infini qui annonce enfin l’avènement d’un pardon universel.

Mage, prophète, voyant, « rêveur sacré », Hugo déchiffre l’énigme du monde et de la destinée humaine.

Lire avec le texte intégral et la préface
Comprendre
avec Les clés de l’oeuvre
23 pages pour aller àl’essentiel
108 pages pour approfondir

BIOGRAPHIE DE Victor HUGO

Victor Hugo est né à Besançon en 1802. Tout en suivant des études de philosophie et de mathématiques au lycée Louis-le-Grand, il s’adonne déjà à la poésie. Il obtient ses premiers succès avec les Odes et Poésies diverses (1822) et s’impose comme chef de file du mouvement romantique après l’ardente « bataille » autour de son drame Hernani (1830). Dès lors, sa réputation ne cesse de croître (Notre-Dame de Paris, 1831, Ruy Blas, 1838, Les Rayons et les Ombres, 1840) ; il se tourne vers la politique, et rejoint le camp des « libéraux ». Mais le coup d’État de Napoléon III le contraint à un long exil. Réfugié à Guernesey, il multiplie les chefs-d’œuvre : Les Châtiments (1853), Les Contemplations (1856), Les Misérables (1859), La Légende des siècles (1859-1883). Après la chute du second Empire (1870), son retour en France est triomphal. Il ne cessera d’écrire (Quatrevingt-treize, roman, 1874, L’Art d’être grand-père, 1877) jusqu’à sa mort en 1885 à Paris, suivie de monumentales funérailles nationales au Panthéon.