Les liaisons dangereuses

Détails du livre

  • Date de parution05 Janvier 2010
  • Classiques - Classiques
  • 544 pages
  • Format : Poche broché
  • 9782266200790

Les liaisons dangereuses

Choderlos de LACLOS

4,50 €

Édition présentée et commentée par Francis Marmande (université de Paris VII) et Annie Collognat-Barès (lycée Victor-Hugo).

Inspirée par le génie du mal, voici la correspondance entre un libertin machiavélique et sa criminelle inspiratrice. Complices soudés par leur liaison passée, le vicomte de Valmont et la marquise de Merteuil, chasseurs et stratèges de la cruauté, choisissent comme cible des innocents. La pure et naïve Cécile de Volanges, la vertueuse et brûlante Mme de Tourvel seront les victimes de leurs oeuvres de vengeance et de destruction morale. Au nom de la seule jouissance, ils s’allient pour bafouer l’amour et les sentiments, jusqu’à la reddition totale.
Les lettres « douces et dangereuses » de deux monstres parfaits composent ce sensationnel chef-d’oeuvre romanesque du XVIIIe siècle.

Lire avec le texte intégral et la préface
Comprendre avec Les clés de l’oeuvre
39 pages pour aller àl’essentiel
34 pages pour approfondir

BIOGRAPHIE DE Choderlos de LACLOS

Pierre Choderlos de Laclos naît le 18 octobre 1741 à Amiens. Il entame très tôt une carrière militaire et mène une vie de garnison qui lui permet de commencer à écrire, notamment des poèmes, et deux contes libertins. En 1782 paraît son célèbrissime roman, Les Liaisons Dangereuses, dont le succès retentissant est en partie dû au scandale qu’il provoque. En 1788, il quitte l’armée pour entrer au service du duc d’Orléans. Après un exil d’un an à Londres au moment de la Révolution, il regagne la France en 1790, devient l’un des rédacteurs du Journal de la Société des amis de la Constitution, et intervient dans de nombreux débats au Club des Jacobins. Il est renvoyé par le duc d’Orléans, et reprend du service dans l’armée : mais en raison des liens qu’il entretient avec la noblesse, il est arrêté, et menacé d’être décapité. Relâché en 1794, il écrit l’article « De la guerre et de la paix », publié en 1795. Fervent partisan de Bonaparte, il réintègre l’armée avec le grade de général, et c’est en défendant Tarente qu’il meurt le 05 septembre 1803.