Notre-Dame de Paris

Détails du livre

  • Date de parution05 Avril 2013
  • Classiques - Classiques
  • 704 pages
  • 9782266240000

Notre-Dame de Paris

Victor HUGO

4,70 €

Édition présentée et commentée par Gabrielle Chamarat, professeur de littérature française à l’université de Caen.

En 1831, Victor Hugo réinvente le Moyen Âge et élève un monument littéraire aussi durable que l’oeuvre de pierre qui l’a inspiré. Sous la silhouette noire et colossale de la cathédrale fourmille le Paris en haillons des truands de la Cour des Miracles. Image de grâce et de pureté surgie de ce cauchemar, la bohémienne Esméralda danse pour le capitaine Phoebus et ensorcelle le tendre et difforme Quasimodo, sonneur de cloches de son état. Pour elle, consumé d’amour, l’archidiacre magicien Claude Frollo court à la damnation.
De cette épopée hallucinée, ces monstres et ces figures s’échappent pour franchir les siècles, archétypes de notre mythologie nationale, de notre art et de notre Histoire.

Lire avec le texte intégral et la préface
Comprendre avec Les clés de l’oeuvre
42 pages pour aller àl’essentiel
49 pages pour approfondir

BIOGRAPHIE DE Victor HUGO

Victor Hugo est né à Besançon en 1802. Tout en suivant des études de philosophie et de mathématiques au lycée Louis-le-Grand, il s’adonne déjà à la poésie. Il obtient ses premiers succès avec les Odes et Poésies diverses (1822) et s’impose comme chef de file du mouvement romantique après l’ardente « bataille » autour de son drame Hernani (1830). Dès lors, sa réputation ne cesse de croître (Notre-Dame de Paris, 1831, Ruy Blas, 1838, Les Rayons et les Ombres, 1840) ; il se tourne vers la politique, et rejoint le camp des « libéraux ». Mais le coup d’État de Napoléon III le contraint à un long exil. Réfugié à Guernesey, il multiplie les chefs-d’œuvre : Les Châtiments (1853), Les Contemplations (1856), Les Misérables (1859), La Légende des siècles (1859-1883). Après la chute du second Empire (1870), son retour en France est triomphal. Il ne cessera d’écrire (Quatrevingt-treize, roman, 1874, L’Art d’être grand-père, 1877) jusqu’à sa mort en 1885 à Paris, suivie de monumentales funérailles nationales au Panthéon.