Chronique des Indiens Guayaki

Détails du livre

  • Date de parution04 Janvier 2001
  • Terre Humaine Poche
  • 320 pages
  • Format : Broché
  • 9782266111669

Chronique des Indiens Guayaki

Pierre CLASTRES

8,20 €

On les appelle Guayaki, « Rats féroces ». Eux-mêmes se dénomment Aché, « les Personnes ». Silencieux et invisibles, ces nomades parcourent la forêt tropicale à l’est du Paraguay. C’est ce qui leur a permis d’échapper si longtemps au sort de leurs voisins sédentaires : esclavage, mort, disparition.

L’auteur a vécu un an dans leur intimité… Les incidents et anecdotes cocasses ou tragiques tracent peu à peu le portrait de ces Guayaki, paillards quand ils peuvent, graves lorsqu’il le faut : fêtes du miel, de l’amour, conflit au sein des bandes, meurtres, sacrifices, anthropophagie (ils se libèrent de leurs défunts en les mangeant). À la douceur succède la cruauté. Cette culture disparue repose sur la fidélité des Indiens à leurs anciens rites, et, au-delà, aux mythes de leur origine et de leur destin, qui suscitent en nous d’étranges échos.

Ce livre est une chronique qui n’esquive aucun des problèmes que pose à l’ethnologie cette population indienne. De l’écologie très particulière d’une société de chasseurs à la logique la plus secrète de leur pensée, c’est le tout d’un univers culturel inconnu qui se révèle ici, sous le regard d’un des grands ethnologues français.

BIOGRAPHIE DE Pierre CLASTRES

Pierre Clastres est né en 1934. Après des études de philosophie, à Paris, il s’oriente vers l’ethnologie. Il passe plusieurs années parmi les différentes tribus indiennes du Paraguay : Guayaki, Guarani, Ashluslay du Chaco. Après une période d’enseignement à Sao-Paulo, il séjourne chez les Yanomani de l’Amazonie vénézuélienne. À son retour en France, il est chargé de recherches au C.N.R.S. et membre du laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France, dirigé par Claude Lévi-Strauss. Après son séjour chez les Guayaki, il publie l’ouvrage Chronique des Indiens Guayaki, témoignage essentiel où il observe et relate avec une infinie précision les moindres pratiques, propos et pensées des Guayaki dont il partage l’intimité, dans une véritable osmose de comportement et de pensée avec cette tribu. Pierre Clastres est décédé en 1977. Il demeure l’un des chercheurs soucieux de formuler l’ethnologie en terme d’anthropologie politique.