Swastika night

Détails du livre

  • Date de parution12 Octobre 2017
  • S.F. Fantasy - Science Fiction
  • Traduit par : Anne-Sylvie HOMASSEL
  • 320 pages
  • 9782266280549

Swastika night

Katharine BURDEKIN

7,40 €

Et si l’Allemagne nazie avait remporté la guerre ?

Depuis sept siècles, l’Allemagne nazie règne sur la moitié du monde. Pour asseoir son pouvoir, elle a éradiqué l’histoire, annihilé la culture, et constitué une religion toute-puissante : l’Hitlérisme, dont le premier Führer est le dieu.
Le Saint Empire germanique repose sur l’ignorance des masses, la manipulation idéologique et une hiérarchie stricte : les chevaliers et les nazis en occupent le sommet, puis viennent les étrangers, main-d’oeuvre corvéable, et en deçà, les femmes, simple bétail destiné à la reproduction de la race aryenne.
Mais malgré l’oubli, un homme, un simple mécanicien anglais, croit qu’un autre monde est possible. Une simple intuition qui, il en est sûr, pourrait ébranler, voire renverser le régime.

Publié en 1937, peu après Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley et bien avant 1984 de George Orwell, cette uchronie glaçante et prophétique nous rappelle que la politique est la plus dangereuse des armes.

CITATION(S) DE PRESSE

«Swastika Night va de pair avec 1984, explorant le revers de la médaille du totalitarisme avec la même perspicacité et la même humanité… à certains égards cela en fait une réussite intellectuelle encore plus remarquable. »The Guardian

« Un livre extrêmement important et très étonnant. Un ovni littéraire tout à fait passionnant. » François Angelier, « Les émois », France Culture

«Enfin tiré des oubliettes, vrai remède au pouvoir de l’intox, Swastika Night, à l’instar de 1984, de George Orwell, du Maître du Haut Château, de Philip K. Dick ou de Farenheit 451 de Ray Bradbury, entre enfin au panthéon des dystopies majeures du XXe siècle. » Élise Lépine, Transfuge

« Un livre à mettre à côté de 1984. Un roman à lire. Passionnant, complet, indispensable. »RTBF

« En dix chapitres denses, ce conte philosophique, qui interroge aussi bien la notion de libre arbitre que le totalitarisme, étonne par ses fines prémonitions. » Abel Mestre –Le Monde des livres